Les infirmières veulent du temps… moins pour facturer, plus pour soigner

A l’heure des revendications des gilets jaunes partout en France, un flot de corporations voit ses revendications parfois noyées dans la masse. Et s’il faut distinguer les demandes des infirmières des autres (le pouvoir d’achat n’est pas au centre, c’est surtout le pouvoir d’agir qui est demandé !) la question de l’efficience des actions est un point commun.

Productivité : mieux facturer pour que les infirmiers gagnent du temps

Aujourd’hui lorsqu’on parle de la réduction des impôts, cela passe par une réduction des dépenses publiques. Alors comment le faire sans diminuer les moyens mis à disposition pour effectivement soigner ? Eh bien cela passe peut-être par une simplification administrative. Aujourd’hui il existe même des sociétés spécialisées dans la gestion administrative des infirmiers. Une société s’occupe par exemple de la facturation des infirmières libérales à Toulouse mais aussi dans de nombreuses autres zones géographiques en France. Cette activité innovante, n’est en fait rendue possible que par la complexité de la tâche assumée par les IDEL au quotidien. Alors certes il s’agit du volet libéral de l’activité d’infirmier, mais on peut trouver des exemples à l’avenant dans le public. Aujourd’hui il faut simplifier l’organisation pour tout le monde, afin que le vrai métier, celui de soignant, soit remis au centre des préoccupations.

Amélioration des services numériques médicaux : l’état progresse

Alors certes tout n’est pas parfait. Mais on constate aisément la modernisation de plusieurs services de l’état. C’est lent, mais les progrès sont tangibles, ne serait-ce que sur le site d’Ameli, où la progression graphique est à l’avenant du reste. On en veut pour preuve la partie relative à la facturation des infirmiers. L’organisation de l’ensemble du mille feuille administratif Français est typiquement le point qui permettra à terme d’économiser des sommes rondelettes sans rien sacrifier de la qualité de l’accueil et des soins, pour peu évidemment que les solutions trouvées soient pertinentes.

Aujourd’hui, le principal point de mal être quand on interroge les Français sur l’état des services publics, fait apparaître des points de tension légitimes, mais aussi parfois certaines images issues du passé et qui ne sont pas conformes à la réalité. La situation est souvent noircie par exemple sur la qualité des services numériques de certaines plateformes de l’état (comme le site de Pole Emploi qui a beaucoup évolué ces dernières années et proposent de vraies solutions). Souhaitons que le site Ameli et plus généralement les tâches administratives dévolues aux infirmiers, s’allègent dans le temps pour plus d’efficacité globale du système.